Les Epines de Lespinet   logo

Jardin de Plantes Succulentes

Cactus et Plantes Grasses rustiques, cultivés en plein air, sous climat non méditerranéen  
ACCUEIL    -   JARDIN    -    VISITE   -   VENTE DE PLANTES    -   CONCEPTION DE JARDINS DE PLANTES SUCCULENTES       RUSTICITE       LIENS    MEDIATISATION     PLAN DU SITE
Accueil  > Jardin > Palmiers > Dégâts gel palmiers 1

BILAN DE LA RESISTANCE DES PALMIERS

A L'HIVER 2011-12

Conditions météo:

16 jours de gelée d'affilée
3 jours sans dégel, par temps couvert (entre -1° et -8°)
6 jours d'affilée avec des gelées de -7° à -13°5, avec dégel journalier, par temps ensoleillé
Neige à répétition, donnant un cumul de 30cm à l'ombre, 16cm maxi aux endroits ensoleillés et plats

Pour ceux qui n'on pas encore développé de stipe bien net, le diamètre du bulbe est indiqué entre parenthèses, en cm. Pour les cespiteux, le diamètre du plus gros rejet est indiqué.

Parfaite résistance (pas du tout de dégât)

- Sabal minor (15 cm), palmetto (6) et mexicana (10) (abrité)

- Chamaerops humilis tomentosa (5)


Dégâts immédiats, avant reprise

Légers (quelques feuilles ou parties de feuilles sèches ou rares rejets)

-  Thritrinax campestris (3)

Moyens (un tiers à la moitié séché)

- Serenoa repens (5)

Forts (la plus grande partie ou la totalité des feuilles sèches) avec reprise assez précoce

- Chamaedorea radicalis (2)(entièrement protégé par litière et neige)

- Thritrinax acanthocoma

- Brahea edulis: reprise très précoce

- Brahea aculeata (5) (entièrement protégé par litière)

- Phoenix theophrasti ( 15) (partie sous litière résistante)

- Phoenix canariensis porphyrocarpa (10) (partie sous litière résistante)

- Washingtonia filifera (le vrai, non hybridé) (12) (sous protection de draps et couettes): reprise très précoce et vigoureuse. 

Forts avec reprise tardive

- Chamaerops humilis glauca (3) (mal exposé):reprise début juin

- Sabal sp. (15):reprise début juin

Dégâts progressifs au cours des mois suivants, généralement avant reprise. Paraissant presque tous intacts juste après le froid.
 
Légers (quelques feuilles ou parties de feuilles sèches ou rares rejets)

- Trachycarpus wagnerianus (8) et takil (6)

- Trachicarpus fortunei et takagi (= fortunei X wagnerianus): dégâts apparaissant nettement en juillet

- Chamaerops humilis et humilis cerifera: dégats apparaissant respectivement vers juin et juillet, après reprise. En fait, il s'agit d'un dessèchement prématuré des plus anciennes feuilles,

 Moyens (un tiers à la moitié séché)

- Sabal bermudana (28):déjà légèrement abîmé juste après le froid et reprise fin juin

 Forts (la plus grande partie ou la totalité des feuilles sèches) avec reprise assez précoce:

- Butia capitata (40):pousse très lente

- Nannorhops ritchieana (4)(feuilles sous la neige intactes)

 Forts avec reprise tardive

- Butia eriospatha (24): reprise début juin, après perte de la lance

- Jubaea chilensis (17): reprise début juin, après perte de la lance

- Brahea armata (10)

Remarque:
 
Par rapport aux autres espèces  cultivées dans la région, Washingtonia filifera montre curieusement  une forte sensibilité des feuilles au gel, mais une  bonne résistance  du stipe. Son cousin robusta  (ou ce qui est  vendu en jardinerie sous le nom filifera, qui est généralement hybridé avec robusta) se comporte de même, mais, essayé aussi, il a perdu sa vigueur en quelques années où il a dû refaire sa couronne tous les ans. C'est vrai aussi pour d'autres, comme les Phoenix, que cela épuise, dans les régions où leur rusticité est trop limite.  La perte complète de la couronne ne doit pas survenir trop souvent pour la pérennité de la plante.

QUELQUES VUES DES DEGATS ET DE LA REPRISE




Ci-contre et ci-dessus, dégâts immédiats typiques montrant la mort de la feuille.
Une partie est déjà décolorée et sèche, le reste est flétri.
Sur Sabal sp., le 12 février, à la fin de la vague de froid.

Suir Sabal bermudana, la visibilité des dégâts a été plus progressive: le 27 mars ...

...et le 9 mai.

Sur Trithrinax acanthocoma, les feuilles ont séché de suite, mais la reprise a été bonne quoiqu'assez tardive. Ici, le 25 février.

Reprise, le15 juin.

Le 3 août.

Le 30 novembre.

Butia paraguayensis, moins bien exposé que le capitata, paraissait indemne après le froid, tout comme son cousin, mais il a ensuite complètement séché, tandis que capitata ne l'a fait que partiellement. Le voici le 15 juin...

...le 4 juillet....

...et le 20 novembre.