Les Epines de Lespinet   logo

Jardin de Plantes Succulentes

Cactus et Plantes Grasses rustiques, cultivés en plein air, sous climat non méditerranéen  
ACCUEIL    -   JARDIN    -    VISITE    -    VENTE DE PLANTES    -   CONCEPTION DE JARDINS DE PLANTES SUCCULENTES       RUSTICITE       LIENS       MEDIATISATION     PLAN DU SITE
Accueil > Conception > Entretien
 
L'ENTRETIEN D'UN JARDIN DE PLANTES SUCCULENTES

 L'entretien de ce type de jardin est assez limité.
 
  

    Au niveau arrosage
, il n'y a bien sûr pas de souci: la plupart des plantes survivent avec leurs réserves même lorsque le sol est totalement desséché sur toute l'épaisseur explorée par les racines. Les cactus et les agaves peuvent finir par se flétrir, surtout s'il fait très chaud, mais ils regonflent aux premières pluies. Toutefois, certaines plante grasses  peuvent souffrir voire mourrir si le dessèchement est trop prolongé. J'ai pu l'observer avec Delosperma nubigenum durant l'été 2003, où une partie de la touffe a disparu. Dans ce cas, un arrosage ponctuel peut y remédier.
Même si les cactus émettent parfois des pousses en l'absence d'eau, grâce à leurs réserves, ils ne peuvent pousser durablement qu'avec de l'eau comme toutes les plantes. Il semble aussi que la sècheresse favorise un certain "endurcissement" qui leur permettra de mieux passer l'hiver. L'idéal est donc de les laisser  se contenter des pluies naturelles. On peut toutefois les arroser un peu en été les premières années, s'il fait très sec et si on veut accélérer leur développement.   

    Au niveau engrais
, ces plantes se satisfont de peu. Dans leur milieu naturel, la plupart sont dans des sols contenant très peu de matière organique  et nécessitent donc une fertilisation essentiellement minérale.   Leur apporter de la matière organique (compost, fumier...), surtout si elle est mal décomposée, favorise la pourriture. Toutefois, les engrais organiques (dénommés "engrais" et pas "amendement") du commerce, concentrés et donc utilisés à faible dose, n'ont pas cet inconvénient.
    Sauf dans les rares cas où le volume de terre qu'elles peuvent explorer est limité, comme si elles étaient dans un pot (c'est le cas pour certaines des miennes, dans des vasques aménagées dans des éboulis), elles peuvent s'en satisfaire sans apport d'engrais. Toutefois, un peu d'engrais les premières années accélèrera le developpement.
    Pour ceux qui ont quelques connaissances techniques, sachez que l'idéal est d'épandre un mélange de formule 1-3-5 en NPK à raison de 50g de NPK par m², en deux fois (début de la pousse, au printemps et début d'été). Mais je n'ai jamais trouvé de telle formulation dans le commerce, même pour les engrais "spécial cactus" et je fais donc mes propres mélanges  à partir d'engrais simples.
    Si vous souhaitez utiliser un engrais tout prêt du commerce, veillez à ce qu'il soit beaucoup plus concentré en potassium (noté "K" et communément appelé "potasse"), qui favorise la robustesse et la  résistance au froid, qu'en azote (noté "N"), qui favorise une végétation abondante, mais fragile. Ceux qui s'en rapprochent le plus sont ceux pour les fleurs (rosiers et surtout géraniums) ou les légumes-racines, car cette formule favorise aussi la floraison et l'accumulation de réserves. Le rapport entre l'azote et le potassium n'atteindra pas l'idéal de 1 à 5, mais ce sera compensé si le premier est en partie sous une forme à libération plus lente. Celle-ci est indiquée sur l'emballage sous le terme "azote ammoniacal" ou mieux, "azote uréique", pour les engrais minéraux, de "corne" ou "plumes" pour les engrais organiques. Mais vérifiez bien la teneur en NPK, car, pour une même spécification, elle peut être très variable selon les marques et d'ailleurs, pas toujours adaptée. De même vous pouvez trouver des engrais très spécifiques pour divers types de plantes, qui, dans la même gamme, ont en fait la même formule. Mais là, on n'est plus dans l'agronomie, mais dans le marketing...
    Depuis deux ans, on trouve beaucoup plus facilement des engrais organiques et j'arrive à faire mon mélange avec eux. On peut, par exemple, choisir un engrais complet constitué de plusieurs produits, que l'on peut équilibrer en y rajoutant des engrais de base, purs.  Ceux-ci peuvent apporter les différents éléments, comme des tourteaux  (résidus de traitement de certaines plantes) ou des fientes d'oiseaux, souvent plus riches en azote. Attention, les fientes apportent de l'azote déjà très minéralisé et ont un effet "coup de fouet" qu'on ne recherche pas en agriculture biologique, surtout sur des plantes grasses! Ils peuvent aussi apporter essentiellement un élément:
- l'azote dans le sang séché, à libération rapide (effet voisin d'un engrais minéral) ou dans la corne broyée, à libération lente,
- le phosphore, dans les os broyés (que je n'ai pas trouvé à l'état pur) ou dans les phosphates naturels, à libération lente, très lente même en sol calcaire
- le potassium, dans les vinasses de betterave.

    Au niveau des prédateurs, les menaces sont limitées.  
    On peut avoir sur certains pieds (surtout chez les Opuntia), des cochenilles, mais beaucoup moins qu'en serre. Elles se présentent sous la forme de taches blanches arrondies, qui se détachent  facilement. Elles affaiblissent la plante si elles sont très abondantes. Sinon, le préjudice est surtout esthétique. Suivant la morhologie de la plante et l'importance de l'infestation, ou peut soit les détacher à la brosse, soit y pulvériser un mélange d'eau et d'huile de table. Les produits du commerce ont la même composition, pour un coût de l'ordre de 30 fois plus élévé. L'huile rend la carapace qui protège l'insecte perméable à l'eau de pluie, qui finit par le tuer.
    Les prédateurs essentiels pour les jeunes pousses de la plupart des Opuntia sont les limaces et les escargots, qui se délectent de cette végétation tendre, encore peu ou pas épineuse. Il en résulte des cicatrices et des déformations des raquettes peu esthétiques, quoiqu'on puisse aussi obtenir des formes originales (coeur, trous...). Mais vous pouvez aussi les obtenir de manière contôlée en découpant vous-même les jeunes raquettes. Il arrive aussi que des cactées globuleuses soient attaquées.  Si vos plantes sont dans une zone limitée, vous pouvez essayer un cordon de cendres à renouveller  régulièrement autour du massif, tout en chassant les mollusques présents à l'intérieur.  Si elles sont dispersées sur des surfaces importantes, il reste la solution de l'antilimace du commerce, en quantité modérée dès l'apparition des pousses. Si le temps est très humide, vous pouvez en remettre un peu avant que les jeunes raquettes aient pris leur aspect définitif. Jusqu'à il y a peu, toutes les marques avaient  la même composition et la substance active (métaldéhyde) était considérée comme  peu toxique, et autorisée en culture biologique. Maintenant , elle ne l'est plus et est considérée comme très toxique!! Toutefois, un nouveau produit, le Ferramol, constitué de triphosphate de fer qui se dégrade en éléments naturellement présents dans le sol, est autorisé en agrobiologie. Il serait toutefois moins efficace. Jel'ai essayé sans remarquer de différence, à part le prix, bien plus élevé..

    La pourriture est le risque principal pour les espèces originaires des régions semi-désertiques.  A moins de pouvoir les abriter de la pluie en hiver sous un abri bien ventilé,  on l'évite en délaissant les plantes les plus sensibles et en  plaçant les autres sur un terrain bien drainé et bien ensoleillé, surtout en hiver, de préférence en pente exposée vers le sud. Toutefois, lors des longues périodes pluvieuses, l'exposition ne modifie guère l'ambiance qui baigne les plantes et on peut avoir des points de pourriture. Il peut être utile de les limiter préventivement par une pulvérisation de sulfate de cuivre (la "boullie bordelaise", autorisée en culture biologique), que l'on peut mélanger avec du soufre, qui traite d'autres champignons. Celà n'est pas nécessaire chez moi, mais l'est peut-être dans les régions plus humides, du moins pour les espèces "méridionales" (celles du nord des USA et du Canada supportent bien l'humidité
en sol drainé et certaines s'accomodent  même des sols détrempés).
     Les attaques les moins graves se soldent par une nécrose d'une partie limitée de la plante. Les autres envahissent toute la raquette ou toute la plante. La seule solution reste d'enlever toute la partie pourrie et de protéger la zone coupée de la pluie (voire y pulvériser un peu de sulfate de cuivre), jusqu'à cicatrisation. Si c'est la souche qui est pourrie, on peut récupérer la partie saine au dessus, et la bouturer après cicatrisation au sec (au moins deux à trois semaines).
Si on est en hiver, attendre le printemps pour bouturer. Les boutures se conservent très bien plusieurs mois en lumière modérée (le plein soleil les déshydrate plus vite). C'est surtout au bout de neuf mois que j'ai observé la mort de certaines (pourriture de grosses ou dessication de petites) et au bout de 18 mois, certaines sont encore en bon état.de reprise. Pour Opuntia anacantha, qui n'est pourtant pas le plus rustique, il me reste encore une bonne partie des boutures coupées il y a trois ans et conservées à l'ombre et à la pluie.
   
    La taille
d'entretien concerne essentiellement les agaves et les Opuntia (appellées aussi "oponces" en français).
    Chez les premiers, elle consiste à couper les feuilles abîmées ou mortes, dans un but esthétique (ce n'est pas indispensable). En effet, comme pour toutes les plantes en rosette, les feuilles vieillissantes se tâchent et finissent pas se dessécher ou pourrir. L'altération est maximale sous l'effet du froid et de l'humidité hivernales. Si même les feuilles jeunes s'altèrent beaucoup en hiver, c'est que la plante est dans des conditions limites et risque de disparaître lors d'un hiver plus rigoureux. D'ailleurs, ce phénomène  l'affaiblit. Si  même le coeur s'est pourri, la plante est perdue, mais des rejets peuvent apparaître au printemps à partir de la souche. Le printemps est une bonne période pour effectuer ce nettoyage. Il n'est pas nécessaire d'enlever de suite les feuilles altérées en cours d'hiver, car la pourriture ne se transmet pas au reste de la plante.
     Certains agaves rejettent abondamment de la souche.  Si vous voulez qu'ils restent bien dégagés, vous devez arracher ces rejets, que vous pouvez replanter ailleurs ou donner à vos connaissances. Mais avec les Agave americana, vous serez obligés d'en jeter pour ne pas être envahis!

    Chez les Opuntia, elle a pour but de limiter leur propagation  dans certaines directions si on ne leur a pas laissé une place suffisante pour s'étendre (certains s'étalent beaucoup, s'ils ont suffisamment de terre à disposition). Elle a aussi un but esthétique en éliminant les parties éventuellemnt altérées par l'hiver.  Si celles ci ne sont pas mortes, elles peuvent être replantées après cicatrisation de la plaie.  Le printemps est aussi une bonne période pour le faire, de préférence si on est assuré de quelques journées sèches, pour  éviter le risque de pourriture sur les plaies de taille. Vous pouvez bien sûr en profiter pour bouturer des parties saines afin d'obtenir d'autres sujets. Mais si en hiver, vous constatez que la pourriture s'étend à d'autres raquettes, il vaut mieux intervenir de suite. De même, si c'est la souche qui est atteinte.

    Le désherbage est le plus problématique, si vous voulez éviter d'employer des herbicides.
    Dans la nature, les plantes succulentes sont peu concurrencées par les herbes, dont le développement est limité par la sècheresse. Même dans des zones steppiques où certaines espèces sont cachées dans les herbes, elles ne sont pas étouffées pour autant. Elles bénéficient même d'un certain ombrage. Par contre, sous un climat plus humide, elles disparaîtraient sous la végétation naturelle, beaucoup plus concurrentielle.  Elles ne peuvent y survivre que dans des poches de terre sur des rochers, comme nos succulentes locales (sédums et  joubarbes) et les petites espèces du nord de l'Amérique du nord. Si vous pouvez recréer ces conditions chez vous, elles peuvent subsister sans désherbage, mais avec un développement réduit.  Mais comme un jardin n'est pas tout à fait un coin de nature sauvage, on préfère généralement que nos plantes restent bien mises en valeur.  Le désherbage est donc insdipensable dans la plupart des cas.  Il sera plus aisé si les conditions évoquées ci-dessus pour limiter la prolifération des herbes sont respectées.
    Le désherbage manuel est évidemment très délicat du fait de la présence d'épines, parfois munies d'un crochet au bout, qui transpercent allègrement les gants "spécial rosiers" (tout comme les épines de rosier, d'ailleurs).  Le cuir épais est plus efficace , mais il faut rester prudent. De plus, la base des plantes devient souvent inaccessible. On peut toutefois s'aider d'un couteau déseherbeur où d'une gouge à asperges, mais ce n'est pas toujours assez long. Il reste la longue pince prévue pour ramasser des déchets sans se baisser, si elle peut pénétrer dans la végétation et si les herbes ne sont pas trop enracinées.
   
     En raison du nombre important de plantes, j'ai d'abord choisi la méthode chimique recommandée par certains producteurs. Il s'agissait d'un antigerminatif dont l'action durait de 6 à 7 mois et  qui s'appliquait donc deux fois par an (à moins que sous votre climat l'herbe ne pousse que pendant 6 ou 7 mois). Toutes les herbes déjà germées avant l'application devaient être enlevées à la main. Comme il s'agissait de petits granulés à épandre de manière homogène et qu'à travers les plantes certaines zones ne sont pas atteintes, il fallait aussi enlever à la main les quelques herbes ayant poussé dans ces zones.  Son nom était le  Snapshot 2,5, considéré comme peu dangereux par sa notice technique (mais le glyphosate avait été considéré comme la panacée, car immédiatement biodégradable dans le sol, alors qu'il se révèle maintenant que c'est à nuancer, même s'il n'est pas l'épouvantail qu'on à tendance à en faire), vendu sous diverses appellations pour désherber les rosiers . Les producteurs qui le conseillaient avaient vérifié qu'il n'avait aucun effet négatif sur les cactus, contrairement à d'autres produits. Par contre, ce prouit est devenu rare en 2008, pour disparaître des rayons en 2009,  parfois remplacé par le Ronstar, aussi en granulés, dont la substance active est différente.  Un essai m'a montré qu'il n'avait aucun effet négatif visible sur mes plantes, mais, d'après les documents consultés, il est bien plus toxique pour l'environnement, tout en ayant une action de 3 à 4 mois contre 6 à 7. De même, le débroussaillant idéal était le sulfamate d'amonium, qui se dégrade rapidement en éléments simples constituants naturels du sol, mais a été retiré de la vente, les molécules très polluantes restant autorisées. Et le développement durable, dans tout ça?
   Mais ce n'est pas fini:
- printemps 2011, plus de Ronstar, mais du Buffalo G, dont l'action est de 5 à 8 mois, t aussi efficace que le Snapshot.  
- septembre 2011, plus de Buffalo G, mais on retrouve les substances actives dans d'autres préparations, mélangées au glyphosate (pour les zones non cultivées), voire à des engrais riches en azote (pour les rosiers). Le mélange avec le glyphosate serait utilisable, car il détruit les herbes en place tout en empêchant les germinations ultérieures, mais le coût en est très élevé.

    En effet, le glyphosate s'avère sans effet sur les succulentes assez grosses, du moins aux doses préconisées. Un collègue l'a constaté et je l'ai vérifié. Il faut, certes, l'appliquer plus souvent, mais il est plus facile de traiter toutes les herbes, même non accessibles aux granulés. L'expérience me montre toutefois, que ce produit détruit les plantes grasses à petites feuilles, comme les Sedum et Delosperma et abîme les jeunes raquettes d'Opuntia, ainsi que les petites, comme celles d'humifusa. Je suppose qu'il faut un volume suffisant de suc pour que le produit soit bien dilué dans la plante. Un rapport volume/surface élevé doit favoriser aussi la dilution. Il convient donc d'être précis, surtout avec les plantes petites ou tendres. Seuls les gros sujets bien "aoûtés" peuvent être arrosés dans leur ensemble, sans insister, je suppose.
   
    Je vais donc effectuer un désherbage manuel régulier là où il est facile et appliquer un peu de glyphosate dans les recoins difficiles d'accès lorsque ce sera nécessaire.
Vous pouvez vous le procurer sous la marque Roundup à 20 à 30€ le litre, mais il y a des quantités d'autres marques, qui peuvent être aussi chères selon le conditionnement, mais qui peuvent aussi n'être qu'à 6€ le litre. Attention, certaines préparations, très diluées sont prêtes à l'emploi, mais reviennent bien plus cher à quantité égale de substance active.

    De nouveaux produits présentés comme "écologiques" apparaissent aussi:
- l'acide acétique dilué à 10%, vendu à plus de 10€ le litre en grand conditionnement (sinon c'est plus cher). C'est tout à fait naturel, car c'est tout simplement du vinaigre d'alcool, que vous pouvez trouver à moins d'1€ le litre. Il agit par contact en brûlant les feuilles en moins d'une heure, mais les bourgeons ne sont pas atteints et la plante continue sa croissance. Une seconde application 7 jours après viendrait à bout des plantes annuelles et des bisannuelles jeunes. De plus, il est probable qu'il brûle aussi l'épiderme des plantes grasses (à essayer).
- l'acide pélargonique, extrait du Pelargonium, qui brûle les feuilles, associé à l'hydrazide maléique, de synthèse, qui pénètre dans la plante et inhibe sa croissance.  Il ne s'agit donc pas d'un produit entièrement "bio". L'effet sur les succulentes serait à vérifier.

    Partisan de culture bilogique depuis plus de 40 ans, cette pratique ne me satisfait pas. On peut penser au paillage, mais il entretient une humidité au collet qui favorise la pourriture, d'autant plus qu'il doit être très épais pour être efficace (on conseille au moins 10 cm). Même l'écorce de pin  broyée, plus drainante, s'est révélée défavorable avec des petites plantes à l'enracinement superficiel, car elle se mélangeait trop à la terre de surface. Le mieux doit être une épaisse couverture de gravier, seulement utilisable pour les grosses plantes. Il existe des feutres géotextiles et des toiles qui empêchent la pousse des herbes tout en maintenant une certaine humidité et en laissant passer la pluie. Outre son côté artificiel et son coût, ce doit être gênant si on veut modifier la dispostion de certaines plantes (rajouter, enlever.... ). De plus, les rampantes ne peuvent pas s'enraciner au delà du trou de la toile et les rejets d'agaves éloignés du pied ne peuvent pas sortir à l'extérieur.  A la longue, des particules de terre, des poussières, s'accumuleront au dessus de la toile et ce sera suffisant pour certaines herbes. Autre inconvénient, si vous appliquez une fertisation organigue, qui doit être en contact avec la terre pour bien libérer ses éléments fertilisants, son action sera entravée.Enfin, des graines germeront dans les trous au niveau des plantes, là où  elles sont le plus difficile à arracher et certaines herbes parviennent à traverser la toile, surtout le feutre, surtout s'ils sont détériorés.  Mais c'est peut-être bien adapté à certaines situations.  Si vos connaissez une méthode plus naturelle, pratique et aussi efficace, je suis preneur (contact
[at]epines-lespinet.fr) et prêt à la diffuser sur le site.   La couverture du sol par des ardoises ou autres pour évacuer l'excès d'eau peut en être une dans certaines conditions (voir aménagement). Je vais donc essayer de trouver d'autres méthodes, qu'il faudra peut-être combiner ou varier selon la nature des plantes (épines, taille).