Les Epines de Lespinet   logo

Jardin de Plantes Succulentes

Cactus et Plantes Grasses rustiques, cultivés en plein air, sous climat non méditerranéen  
ACCUEIL    -   JARDIN    -    VISITE   -   VENTE DE PLANTES    -   CONCEPTION DE JARDINS DE PLANTES SUCCULENTES       RUSTICITE       LIENS    MEDIATISATION     PLAN DU SITE
Accueil > Phénomènes météorologiques locaux

PHENOMENES METEOROLOGIQUES LOCAUX

    Quelques caractéristiques climatiques qui sont des atouts favorables à la culture des plantes succulentes ont été décrits à la page "Jardin" (2° paragraphe). Certains méritent d'être visualisés par des photographies qui les illustrent bien, tout en ayant souvent aussi un certain intérêt esthétique.  En voici donc quelques séries, incluant quelques autres  vues choisies pour leur côté spectaculaire.

PRECIPITATIONSEFFETS DE FOEHNBROUILLARD

     Un autre facteur climatique, le vent, n'a pas d'incidence significative sur la culture des succulentes dans ce jardin. Mais il a donné lieu à quelques vues intéressantes et mérite, pour ceux qui en ont la curiosité, d'en préciser le caractère très local au niveau du quartier, voire du jardin.
     La position du jardin, à l'abri efficace d'un relief boisé, y atténue considérablement la force des vents atlantiques au point qu'on entend et voit souvent la force du vent un peu plus bas, contre la falaise et au dessus, tandis que rien ne bouge autour de la maison. On peut bien sûr avoir aussi de bonnes rafales, mais globalement le vent est bien plus calme et les pointes de vitesse bien atténuées. Ainsi, la tempête du  28 décembre 1999, déjà atténuée près des Pyrénées, a fait quelques dégâts aux environs, mais s'est contentée de transporter quelques bassines au fond du jardin! Celle du 24 janvier 2009, plus redoutable, n'a pas été plus néfaste dans ce jardin.
     Le vent d'autan, de sud-est, très turbulent du seuil du Lauragais et de la vallée du Thoré, de part et d'autre de la Montagne Noire, jusqu'au delà de Toulouse, s'atténue de part et d'autre de cette zone d'influence. A Foix, il se lève parfois plus ou moins dans l'après-midi lorsqu'il souffle fort à Toulouse. Il est alors plus sensible sur le versant sud de la chaîne de montagne qui nous concerne.  Il arrive exceptionnellement qu'il se mette à souffler très fort, semble-t-il de manière assez localisée, beaucoup plus que dans la plaine de la basse Ariège et les côteaux, où il est habituellement plus marqué. En 15 ans nous avons même eu deux tempêtes mémorables qui ont fait quelques dégâts à la végétation et même aux constructions, bien plus impressionantes que les tempêtes atlantiques citées ci-dessus, que nous avons vécu "sous abri". Dans chaque cas, la litière de feuilles de chêne qui s'était bien tassée durant l'hiver a été balayée, laissant le sol à nu, tandis que tempêtes à grande échelle n'ont eu aucun effet au raz du sol.
     Il arrive aussi qu'un vent de sud très fort balaye toute la région, venant directement du Sahara et que l'on peut nommer  Sirocco. Là,  la montagne est  aussi concernée que les plaines et côteaux.  Ce vent ne parvient pas toujours jusqu'au fond des vallées et il arrive qu'on voie les arbres très secoués sur le flancs de la montagne, avec un fort bruit de fond, sans ressentir un souffle.
   Enfin, par temps chaud et calme, peut se lever une forte brise très locale, en milieu de journée, montant de la vallée, qui semble correspondre à l'établissement d'un puissant courant ascendant le long de la falaise au dessus.
    Tous ces vents, secs quand ils viennent du sud ou du sud-est, contribuent à assécher les lieux, mais leur fréquence est trop faible pour avoir un effet significatif.

    Voici quelques photos prises avant et après les tempêtes de vent d'autan:
    
VENT